Le Ne-Waza (Ju-jitsu Brésilien)

Définition / La tenue des pratiquants / Les catégories de poids / Les temps de combats / Déroulement d’un combat / Action ou techniques prohibés

Vous pouvez, si vous le souhaitez, télécharger un aide mémoire sur le Ju-jitsu Ne-Waza en cliquant sur le lien suivant:

– Aide mémoire Ne-Waza


1.Définition:

Le Ne-Waza (travail au sol) est une des composantes importantes du Judo – Jujitsu. La richesse du patrimoine technique dans ce domaine est à la hauteur de sa grande efficacité et de sa valeur éducative.

La mise en place de plateformes techniques, de TOURNOIS, d’OPEN INTERNATIONAUX ou de COUPE NATIONALE spécifiques de NE WAZA ambitionne de redynamiser ce secteur à partir d’une réglementation propre permettant à des pratiquants débutants de tous âges de travailler en toute sécurité.

Objectifs recherchés:

  • Encourager la participation du plus grand nombre en adaptant les calendriers des animations.
  • Privilégier la sécurité des pratiquants et la convivialité.
  • Arbitrage et encadrement administratif limités aux besoins.
  • Règlement adapté, qui privilégie les comportements offensifs, la mobilité au sol, l’expression d’un large éventail de techniques et de nombreux comportements tactiques.
  • Règlement permettant une pédagogie ludique.

Haut de page

2.La tenue des pratiquants:

Les combattants devront porter un judogi blanc (veste et pantalon), propre conforme aux normes précisées dans le code sportif de la F.F.J.D.A.
Le judogi bleu (veste et pantalon) est toléré.
Le 1er combattant appelé portera une ceinture rouge, le 2ème une ceinture blanche en plus de leurs ceintures.
Les protections souples (exclusivement) sont autorisées.

3.Les catégories de poids:

Cadets : -46Kg; -50Kg,-55Kg -60 Kg, -66 Kg, -73 Kg, -81 Kg, -90 Kg, + 90 Kg
Cadettes: -44 Kg, -48 Kg, -52 Kg, -57 Kg, – 63 Kg, – 70 Kg, + 70 Kg
Juniors – seniors Masculins: -60 Kg, -66 Kg, -73 Kg, -81 Kg, -90 Kg, -100 Kg, + 100 Kg
Juniors – seniors Féminines: -48 Kg, -52 Kg, -57 Kg, – 63 Kg, – 70 Kg, – 78 Kg, + 78 Kg

Haut de page

4.Les temps de combats:

Cadets – cadettes : 4 minutes
Juniors – Seniors : 6 minutes
Seniors + de 40 ans : 5 minutes
La récupération pour un combattant entre deux combats doit être égale à la durée de deux combats.

5.Déroulement d’un combat:

Le combat commencera debout et se terminera par l’abandon d’un des combattants, pénalités (HANSOKU-MAKE) ou à l’issue du temps réglementaire prévu par les règles techniques.
Les combattants peuvent aller au sol uniquement dès que l’un ou l’autre a une saisie. Les liaisons debout sol sont autorisées. Les combattants peuvent combattre, un debout, l’autre étant au sol. Ils peuvent se relever quand ils le souhaitent.
Si à la fin du temps règlementaire, les deux combattants sont à égalité de points et d’avantages, le combat se poursuivra selon le principe de l’avantage décisif.
La durée de la prolongation est égale au temps de combat initial. En cas de nouvelle égalité, la décision sera attribuée par l’arbitre.
En cas d’égalité de points, l’arbitre donnera la victoire à celui qui a le plus d’avantage.
Pour les seniors de plus de 40 ans, après le salut traditionnel, le départ ainsi qu’une éventuelle reprise du combat s’effectuera un genou au sol.

Les saisies:

La saisie des bouts de manches est autorisée ainsi que la saisie en prise « revolver ». Les combattants peuvent saisir le pantalon du judogi.
Toutes les formes de projection et ramassements de jambes sont autorisées.
L’action de mettre les doigts à l’intérieur des manches de la veste ou des jambes du pantalon de l’adversaire est sanctionnée par un SHIDO.

Si un combattant qui est saisi au pantalon du judogi, s’assoit directement, son adversaire marque 2 points.

Amenées au sol:

Un combattant peut aller au sol dés qu’il le souhaite, à condition qu’il ait, une saisie sur le Judogi de son adversaire.
Depuis la position debout, un combattant peut sauter directement autour de la taille du partenaire (pour prendre la garde). Le combat peut alors continuer debout mais il peut aussi être amené au sol.
Les amenées au sol en tirant l’adversaire directement au sol sont autorisées.
Le combat s’enchaîne sans interruption de debout vers le sol et du sol vers le debout.
Si un combattant vient s’assoir de façon délibérée ou non alors que sa jambe est crochetée, le combattant debout marque 2 points.

Sorties de tapis:

Les combattants sont considérés comme sortis du tapis lorsqu’ils n’ont plus aucun appui dans la surface de combat.
Si les combattants sortent du tapis dans une position facilement identifiable par l’arbitre, ce dernier annoncera SONOMAMA et les replacera dans la position identifiée au centre du tapis.
Si la position n’est pas clairement identifiable, l’arbitre annoncera MATTE et les combattants reprendront debout au centre du tapis.
Si le combattant, pour éviter une tentative de clé ou d’étranglement, sort de la surface de combat, il sera sanctionné d’un SHIDO.
Si le combattant sort volontairement et de façon flagrante de la surface de combat pour éviter l’abandon sur une clé ou un étranglement efficace, il sera sanctionné d’un HANSOKU MAKE. Ce HANSOKU MAKE n’implique pas une disqualification de toute la compétition en cas de formule en poule ou avec repêchage.

Décompte des points:

Seul un étranglement ou une clé de bras ou de jambe, permet de gagner avant le terme du combat.
L’abandon en frappant deux fois sur le sol (ou sur l’adversaire) ou criant sur clé ou étranglement, met fin au combat. La victoire est immédiatement attribuée.
Pour chaque action valorisée, l’arbitre annonce par la voix et indique à la table, avec la main portant la couleur du combattant concerné, le nombre points attribués.
Il n’y a pas de cumul de points quand un combattant quitte volontairement une position pour y revenir.
Le retour dans la garde ouvre de nouveau aux deux combattants la possibilité de marquer des points sur toutes les positions.

Étranglements:

Les étranglements sont autorisés. Ils peuvent être réalisés avec le col ou les revers du judogi de l’adversaire. Ils peuvent être réalisés également avec la veste du judogi de l’attaquant.
Les étranglements peuvent être réalisés à partir de la position debout.

Les étranglements doivent être réalisés sans action sur la nuque.
Il est possible de descendre la tête de l’adversaire pendant la réalisation de SANKAKU JIME.

Clés sur les membres supérieurs:

Les clés sur les membres supérieurs sont autorisées en flexion, extension, rotation et compression. Elles peuvent être réalisées sur les coudes. Les clés d’épaule et les clés de poignet sont autorisées.
Les clés sont possibles en position debout avec contrôle. L’action continue même si l’adversaire se relève.

Clés sur les membres inférieurs:

Les clés sur les membres inférieurs sont autorisées en flexion, extension et compression.
Les clés peuvent effectuée sur les chevilles, les genoux.
Il est autorisé de recouvrir la jambe attaquée de l’adversaire avec la jambe intérieure.
Les compressions de mollet sont autorisées ainsi que celles sur la cuisse.
Les clés en hyper extension sont autorisées.
Lorsqu’un combattant est attaqué en clé de jambe et qu’il essaye de se dégager cela peut amener plusieurs situations :

  • Le combattant peut contrôler son adversaire pour l’empêcher de tourner.
  • Le combattant peut suivre son adversaire si ce dernier tourne.
  • Dans le cas d’une tentative de clé de jambe de Tori : si Tori ne bouge pas (reste dans l’axe) et si Uke subissant la clé tourne transformant ainsi la clé dans l’axe par une clé en rotation et de ce fait se blesse ou crie, l’arbitre annoncera IPPON pour Tori.

Si le combattant attaque brutalement en torsion, il sera disqualifié.

Limites d’actions par grades et âges:

– Cadets et cadettes : les clés sur les membres inférieurs ne sont pas autorisées.
– Juniors et seniors : les clés sur les membres inférieurs ne sont autorisées qu’à partir de la ceinture verte. Elles ne pourront être effectuées que dans l’axe de l’articulation (pas de torsion).
– Seniors à partir de 40 ans : les clés sur les membres inférieurs sont interdites. Le départ ainsi qu’une éventuelle reprise du combat s’effectuera un genou au sol. Si un combattant se relève, le combat peut se poursuivre. Cependant, si les deux combattants se mettent debout, l’arbitre annoncent MATTE et le combat reprend un genou au sol.
– Pour les ceintures blanches, jaunes, oranges : le départ du combat ainsi qu’une reprise éventuelle du combat s’effectuera un genou au sol. Les clés sur les membres inférieurs seront proscrites.

Haut de page

6.Action ou techniques prohibés:

Actions interdites sanctionnées par HANSOKU MAKE :

  • Frapper, mordre, gifler, pincer, tirer les cheveux (évaluation de l’acte volontaire)
  • Manipuler le dos ou le cou de l’adversaire
  • Les clés de cou
  • Recouvrir le genou de l’adversaire avec la jambe extérieure lors d’une attaque en clé de cheville
  • Manipuler le pied qui amène le genou en rotation
  • Projection en ciseaux de jambes (KAMI BASAMI)
  • Étrangler avec la ceinture
  • La saisie de la gorge à pleine main
  • Mettre les doigts dans les yeux
  • Effectuer des clés sur les doigts, les orteils
  • Toutes actions dangereuses sur la colonne vertébrale
  • Toutes les actions brutales dans le but de blesser volontairement
  • Projeter violemment son adversaire sur le sol lorsque ce dernier contrôle dans sa garde, ou est dans une phase d’efficacité proche de la soumission (SANKAKU JIME, JUGI GATAME) en étant décollé du sol
  • Projeter l’adversaire en se jetant sur l’arrière alors qu’il contrôle le combattant dans le dos et que ce dernier se trouve debout
  • Sortir volontairement du tapis pour échapper à une technique de soumission verrouillée
  • Contester des décisions de l’arbitre
  • Proférer des insultes ou effectuer des gestes déplacés envers l’arbitre, l’adversaire, le public
    D’une manière générale, toutes les actions brutales, dangereuses et contraires à l’éthique sont interdites

 

Actions interdites sanctionnées par SHIDO :

  • Mettre les doigts à l’intérieur des manches de la veste et des jambes du pantalon de l’adversaire
  • Effectuer des actions sur le visage de l’adversaire
  • Bloquer intentionnellement le combat
  • Être passif
  • Maintenir une immobilisation plus de 5 secondes, pour empêcher l’évolution du combat
  • Refuser l’affrontement au sol et rompre l’engagement
  • Aller au sol directement sans avoir saisie l’adversaire
  • Sortir du tapis volontairement pour empêcher la réalisation d’une action favorable à l’adversaire ou l’engagement d’un test de soumission.

En cas de passivité, l’arbitre touche le combattant en lui disant d’évoluer (il peut utiliser le terme « PASSIF » en lui ajoutant la couleur du combattant désigné). En cas de non évolution, 1 SHIDO sera attribué au combattant.
En cas de faute ayant permis d’avoir une position avantageuse, l’arbitre prononcera MATTE. Les 2 combattants reprendront le combat dans la position du début (debout ou à genoux) après avoir donné le SHIDO au combattant fautif.
En cas de faute réalisé par un combattant en position désavantageuse, l’arbitre prononcera SONOMAMA. Il donnera le SHIDO au combattant fautif. Le combat reprendra à l’annonce de YOSHI par l’arbitre.
Dans le cas d’une action du revers du Judogi sur le visage, l’arbitre avertira le combattant.

Haut de page

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *